Avoir un coq dans un poulailler permet de protéger les poules contre les prédateurs, il les prévient et les rassemble autour de lui. C’est un vrai petit chef ! 

Mais avoir un coq n’est pas indispensable. 

En effet, les poules n’ont pas besoin de la présence d’un coq pour pondre un œuf. Elles accomplissent toutes les étapes du cycle de reproduction et produisent un œuf presque tous les jours, qu’un coq soit présent ou non.

Avoir un coq permet néanmoins d’avoir des poussins.

Le coq est nécessaire si vous voulez pratiquer la reproduction. C’est-à-dire si vous voulez produire des poussins.  Si vous élevez des 2-3 poules simplement dans le but de manger leurs œufs, vous n’aurez certainement pas besoin d’œufs fertiles, et donc pas besoin de coq.

Le mythe du chant du coq 

Vous voyez, le mythe selon lequel les coqs ne chantent qu’au lever du soleil… C’est tout à fait faux. Les coqs chantent toute la journée, du lever au coucher du soleil. Alors si vous pensez en ajouter un au poulailler, c’est à prendre en considération.

Avoir un coq en ville…

Le coq est à la basse-cour ce que le lion est à la jungle : le roi. S’il chante aussi fort, dès son réveil et à longueur de journée, c’est avant tout pour faire régner l’ordre dans la basse-cour, mais aussi pour marquer son territoire. Par son chant puissant, il entend épater ses poules et leur rappeler qu’il est le maître des lieux.

Cependant le bruit de caquètement peut porter atteinte au voisinage.

En effet, porter atteinte à la tranquillité de vos voisins est interdit par la loi. Ainsi, le propriétaire d’un coq mélomane peut être condamné parce que son gallinacé cause chaque jour à l’aube un trouble anormal aux voisins.

Selon l’Article 1385 du Code civil, « les propriétaires ou détenteurs d’animaux de basse-cour sont responsables si le bruit qu’ils causent devient un trouble anormal de voisinage ». 

Certaines villes n’autorisent pas les coqs. Mais même si votre ville autorise les coqs, je ne vous conseille pas d’en avoir un si vous voulez simplement avoir quelques œufs.  

Dans plusieurs cas de figure, il est possible de se retrouver avec un ou plusieurs coqs, dont on ne sait pas trop quoi faire, lorsqu’on ne souhaite pas les passer prématurément à la casserole.   

Comment faire pour me débarrasser d’un coq ?

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles vous pouvez vous retrouver accidentellement avec un coq. Lorsque vous achetez des poussins dans un couvoir ou un magasin agricole, il existe deux options pour les poussins. Vous pouvez acheter des poussins sexés ou non sexés.

À la naissance, les poussins sont triés et « sexés ». Le sexage est l’action de trier les animaux en fonction de leur sexe. Malheureusement, le système de sexage n’est pas toujours fiable et exempt d’erreurs. Ainsi même si vous achetez une poule, il est possible que vous obteniez quand même un coq.

Que vos coqs soient agressifs, ou que leur chant importune le voisinage, s’en séparer des coqs n’est pas une mince affaire, voici quelques options à considérer.

Accepter sa présence :

Et si vous vous accommodez de son chant matinal et si vos voisins se montrent conciliants, un coq peut jouer un rôle important comme chef de la basse-cour.

Le rendre :

Certaines fermes et certains magasins rachètent ou reprennent les coqs si vous en avez un, surtout si c’est eux qui les ont mal sexés. 

Vendez-le ou échangez-le :

Si vous avez un coq dont vous ne voulez pas, quelqu’un d’autre pourrait en vouloir. La plupart des éleveurs essayent de vendre les poules en package avec un coq. C’est une façon de s’en débarrasser.

Passer une annonce. 

Mettre une annonce dans le magasin agricole local peut également susciter un certain intérêt.

Trouvez-lui un nouveau foyer :

Si vous ne parvenez pas à vendre ou à échanger le coq, vous aurez peut-être le donner. Vous trouverez peut-être une famille sympa qui meurt d’envie d’ajouter un beau coq à son troupeau.

Le dépecer :

Personnellement, je ne crois pas que je n’arriverai pas à me résoudre à dépecer un bel animal en bonne santé… Mais cela peut être une option pour certains. Évidemment d’autres vont trouver cette option horrifiante.

En faire des croquettes pour animaux :

Les chats et les chiens ont la plupart du temps une alimentation carnée. Alors si vous ne voulez pas retrouver votre coq adoré dans votre assiette peut-être accepteriez-vous de le mettre dans la gamelle de votre animal. Après tout je ne suis pas bien sûr que les croquettes même dites de « qualité supérieure » soient si parfaites que ça. Si c’est une option qui vous intéresse, il y a plein de sites qui parlent de ça et donnent de bons conseils pour composer au mieux les rations (viande + légumes, etc.).  

Enfin, si c’est au-dessous de vos forces, vous pouvez le confier à un tiers.

Il est très difficile de placer des coqs. Même en les donnant ou en les vendant, le plus souvent ils finissent dans l’assiette, il ne faut pas se leurrer.

Quelle que soit l’option choisie, dire au revoir à un coq peut être difficile, surtout si vous l’avez élevé à partir d’un tout petit poussin.

Et vous que faites-vous des coqs ?

You May Also Like

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *