Ce qu’on appelle « un rhume » chez l’homme est nommé « coryza » chez la poule, comme chez le chat. Si rien n’est fait, l’état des poules peut vite se dégrader à cause des complications fréquentes. Le coryza est sans doute l’affection la plus fréquente chez les coqs et poules.

Les symptômes du coryza

Le coryza est facile à repérer chez une poule.

Le coryza infectieux se traduit par un écoulement nasal important, des éternuements, une toux, une difficulté respiratoire, mais aussi un larmoiement et un œdème facial qui peut fermer l’œil complètement.

Lorsque l’atteinte est sévère, l’état général de la poule ne tarde pas à se dégrader : elle refuse de bouger, de manger et de boire, et arrête bien sûr de pondre.

La prévention !

Afin de prévenir le coryza au sein de vos volailles, il est conseillé de bien protéger votre cheptel contre les intempéries, le vent, les courants d’air frais ou les coups de chaud. Il faut également bien isoler votre poulailler, le nettoyer régulièrement et le désinfecter une à deux fois par an.

Le traitement du coryza

Une fois qu’une poule a été testée positive au coryza, elle en est porteuse à vie. À chaque fois que son système immunitaire est affaibli, votre poule peut recommencer à ressentir les symptômes du coryza. C’est pourquoi la plupart des propriétaires recherchent des remèdes à base de plantes pour prévenir les poussées et réduire le risque d’infection. Vous trouverez ci-dessous quelques plantes naturelles qui réduisent la probabilité de réinfection.

Les huiles essentielles pour soigner le coryza

Les huiles essentielles donnent également de bons résultats. Généralement, la guérison est rapide.

Préparation à base d’huiles essentielles

  • 30 % d’HE Ravintsara (Cinnamomum camphora)
  • 30 % d’HE Tea tree ou Arbre à thé (Melaleuca alternifolia)
  • 20 % d’HE Eucalyptus radié (Eucalyptus radiata): 20 %
  • 20 % d’HE Niaouli (Melaleuca quinquenervia) : 20 %

Si on souhaite préparer un mélange de 100 gouttes : HE Ravinstara 15 gouttes + HE Tea tree 15 gouttes + HE Eucalyptus radié 10 gouttes + HE Niaouli 10 gouttes.

On peut donner cette synergie dans une pâtée.

Mais il est aussi possible de leur donner le mélange directement dans le bec, avec l’aide d’une seringue sans aiguille. Pour leur faire avaler je mélange il faut ajouter de d’huile végétale (olive, colza etc.)

Posologie : 2 gouttes de synergie par jour mélangées dans l’huile végétale pendant 5 à 7 jours.

Attention, il est important de bien maintenir la poule ou le coq traité afin de ne pas lui en mettre dans les yeux.
Si c’est le cas, rincez aussitôt à grande eau, car les huiles essentielles sont dangereuses pour les yeux.
Voici ce que préconise Pranarom en cas d’accident : “En cas de projection accidentelle d’huile essentielle dans l’œil, rincez-le impérativement sous l’eau fraîche pendant 2 minutes puis placez une compresse imprégnée d’une huile végétale (olive, noisette, noyau d’abricot… ) pendant une dizaine de minutes”.

Les inhalations sont très efficaces et facile à mettre en œuvre :

Enfermer la poule dans une cage et à l’extérieur devant l’ouverture mettre un bol d’eau chaude additionnée de 5 gouttes ravintsara, 5 d’eucalyptus radié et 5 d’eucalyptus mentholé, puis recouvrir l’ensemble d’un linge. Laissez-la inhaler les vapeurs ¼ heure matin et soir.

Infusion de thym

Riche en huiles essentielles très puissantes, le thym a des propriétés antibiotique, antibactérienne, antimicrobienne à large spectre, vermifuge, antitussive, expectorante et décongestionnante des bronches et des poumons. Du latin thymus, le thym renforce les lymphocytes T et donc l’immunité. Une infusion de thym stimulera le système immunitaire à tendances infectieuses.Le thym est une plante expectorante et spasmolytique très utilisée lors des symptômes du rhume et de la toux. Une infusion de thym stimulera le système immunitaire à tendances infectieuses et permettra de dégager les voix respiratoires des poules.

Préparer une tisane de thym pour profiter de ses bienfaits

Faire une tisane de thym (5g thym/l d’eau). La tisane est moins contraignante puisqu’il suffit de la proposer comme boisson.

Lors de stade avancé, le traitement médicamenteux sera nécessaire avec des antibiotiques que vous recommandera votre vétérinaire.

Le traitement « classique » repose sur l’emploi d’antibiotiques.

Important : Ces indications ne prétendent en aucun cas se substituer à un avis médical fourni par un vétérinaire, auquel il convient de se référer lorsqu’une maladie est suspectée.

Il est important d’agir rapidement. Car si rien n’est fait, la poule peut mourir. Donc ne tardez pas à agir !

Découvrez également

Laissez un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Champs obligatoires *