Certaines maladies des poules peuvent rendre les humains malades. 

Historiquement, les poules de basse-cour ont été élevées pour la production d’œufs et de viande. Mais elles sont désormais souvent considérées comme des animaux de compagnie. Elle a gagné en popularité ces dernières années. En particulier chez les habitants urbains. En conséquence, il est important de comprendre comment les poules peuvent rendre les humains malades. 

Il existe des micro-organismes qui causent la maladie à la fois chez les humains ET chez les poules; 

En conséquence, si vos poules sont malades, il est primordial de déterminer quel est le micro-organisme responsable. Cela permettra de vous protéger le mieux possible en cas d’une éventuelle infection.

Également, certaines maladies animales peuvent se transmettre aux humains sans que les oiseaux ne présentent de signes externes. 

La salmonellose en est un exemple.

Elle est causée par une bactérie, la salmonelle, qui se trouve souvent dans l’intestin des poules. Certaines salmonelles ont aussi la capacité de contaminer les œufs. Lorsqu’elle est transmise à l’humain, la salmonellose occasionne des symptômes gastro-intestinaux et peut être associée à des complications sévères.

La salmonellose et la campylobactériose sont les maladies zoonotiques les plus fréquemment rapportées chez les poules. 

Le risque associé à ces agents peut être limité grâce à la vaccination. Ces vaccins réduisent l’excrétion de Salmonella enteritidis et de Salmonella typhimurium.

Toutefois, les risques de transmission de maladies entre les animaux et les humains peuvent être grandement réduits

Il suffit de prendre certaines précautions. 

Les risques de contamination les plus fréquents sont liés au nettoyage du poulailler. C’est pourquoi pour éviter tout risque, il vaut mieux prévoir du matériel dédié. C’est-à-dire des vêtements et des bottes uniquement pour cet endroit.

De plus, les animaux, le matériel (seau, pelle, etc.), les vêtements ou les bottes doivent rester à l’extérieur de la maison. 

Les enfants sont plus susceptibles que les adultes de contracter une maladie et ont tendance à porter les mains à leur bouche ou même à bécoter les animaux. Ils doivent donc être supervisés au poulailler. 

La base, c’est aussi de se nettoyer les mains avec du savon et de l’eau juste après avoir visité le poulailler/l’enclos.

La plupart des maladies zoonotiques affectant les poules peuvent être transmises par inhalation de poussières fécales, d’aérosols respiratoires ou par ingestion d’eau ou d’aliments contaminés par des matières fécales. En conséquence, le port d’un masque facial lors du nettoyage de la litière et un nettoyage complet des mains après avoir travaillé avec les poulets ou leur environnement peut réduire l’exposition potentielle aux maladies zoonotiques. 

Les maladies transmises par les œufs (par exemple la salmonellose) peuvent être réduites plus efficacement avec une bonne hygiène de la cuisine.

Certains agents pathogènes peuvent persister sur les habits et les chaussures, puis être ramenés à l’intérieur de la maison après une visite du poulailler. 

Idéalement, une cotte ou survêtement de travail devrait être utilisé comme vêtement de protection lorsque vous passez du temps autour du poulailler. Ce vêtement devrait rester à l’extérieur de la maison lorsqu’il n’est pas utilisé. Une paire de chaussures différentes, ou de bottes, devrait être utilisée lorsque vous travaillez dans le poulailler.

La prévention de la transmission des maladies zoonotiques repose principalement sur de bonnes mesures d’hygiène et d’assainissement.

Il est également recommandé de nettoyer les œufs en les frottant délicatement avant de les mettre au réfrigérateur. Les œufs trop souillés ou fêlés devraient être jetés. Enfin, il est recommandé d’éviter de consommer des œufs crus ou insuffisamment cuits (jaune en partie coulant, lait de poule, préparation pour gâteau avant la cuisson, etc.) si vous faites partie des populations à risque telles que les personnes immunodéprimées, les femmes enceintes, les enfants de moins de 5 ans et les personnes âgées. 

You May Also Like

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *